samedi 27 mai 2017

Les oubliés des tours en public




video



La tête dans son manteau, le col noir relevé
Errant incognito, dans les rues de sa cité.
Il s’isole, il se cache, le cœur comme une béquille
La main comme une hache, à bâtir son exil.
Il tague sa souffrance, au mur de ses problèmes
Crie son indifférence, pour évacuer sa haine
Et, si l’on dit parfois, qu’il n’est que peu de chose,
C’est au bout d’ses dix doigts, qu’il met nos vers en prose.
Je crie aux cœurs des gens, aux parents, aux passants,
Je crie pour ses enfants, je crie pour qu’on n’entende
Ses oubliés de l’amour, ses condamnés des tours
Qui comptent chaque jour, mais qui comptent à rebours,
Et qui comptent à rebours.

Il sommeille en plein jour, mais se réveille la nuit
Ses rêves sont des velours, où s’allonge son ennui.
Il drape son plumard, de couvertures miteuses,
S’inventant un hasard, à jouir de ses berceuses.
Il est seul, en péril, dans ce monde qui l’entoure,
Dans cet amas stérile, de tours et de contours
La tête à chavirer, réfugié Don Quichotte,
Dans cette immensité, où son amour grelotte.
Je crie aux cœurs des gens, aux parents, aux passants,
Je crie pour ses enfants, je crie pour qu’on n’entende
Ses oubliés de l’amour, ses condamnés des tours
Qui comptent chaque jour, mais qui comptent à rebours,
Et qui comptent à rebours.

On peut le voir partout, son corps tout en lambeaux
Dans des cités-faubourg, aux airs de ghettos,
On peut le voir aussi, ses bras comme la misère
Au fond de ses soucis, à ne plus savoir que faire
Si un jour vous croisez, son regard de l’ailleurs,
Ses yeux à ne plus chialer, tant ils ont eu de pleurs,
Si vous reconnaissez, cet arraché du cœur
Offrez lui un sourire, un p’tit bout d’votre bonheur.
Je crie aux coeurs des gens, aux parents, aux passants,
Je crie pour ses enfants, je crie pour qu’on n’entende
Ses oubliés de l’amour, ses condamnés des tours
Qui comptent chaque jour, mais qui comptent à rebours,
Et qui comptent à rebours.


Paroles et musique: Robert Nicollet.
Enregistrer un commentaire